Une équipe de recherche diversifiée...

L’unité de recherche de l’École de l’air, le CREA, se trouve être un triple point de rencontre.

Rencontre entre le monde académique, de par son insertion dans le tissu de la recherche nationale et internationale, et entre le monde des opérationnels de l’Armée de l’air de par son positionnement au sein d’une base aérienne, en prise avec l’Armée de l’air ;

Rencontre entre des chercheurs venant d’horizons variés, celui du domaine des sciences humaines et sociales (SHS) et celui du domaine des sciences et technologies (ST) ;

Rencontre entre civils et militaires puisque les deux origines se croisent aux sein de l’unité.

Son projet scientifique capitalise naturellement sur cette richesse.

… rassemblée autour d’un unique objet d’étude …

 

Les systèmes aérospatiaux militaires désignent un objet d'étude complexe dont il est nécessaire de comprendre le comportement, afin de pouvoir anticiper leurs emplois, usages et conception.

D’une part, ce comportement est influencé par les évolutions scientifiques et techniques affectant les vecteurs aérospatiaux, les capteurs, les effecteurs et les systèmes d’information et de communication utilisés pour organiser (planifier, commander et conduire) les opérations aériennes.

D’autre part, tout au long du cycle de vie, depuis la conception jusqu’au retrait, il est conditionné par les propriétés (politiques, sociales, culturelles, industrielles, opérationnelles etc.) des environnements dans lesquels ces systèmes sont conçus et développés, déployés, et maintenus en conditions opérationnelles.

Cette déclinaison de la singularité des usages militaires des systèmes aérospatiaux nous conduit à formuler la mission du Centre de Recherche de l’École de l’Air (CREA) en ces termes :

«Il s’agit d’étudier les déterminants technologiques, humains et organisationnels du changement affectant le comportement des systèmes aéronautiques et spatiaux militaires».

… vu sous trois angles complémentaires.

La complexité de l’objet d'étude justifie une approche pluridisciplinaire, structurée en trois thèmes : les vecteurs aérospatiaux, les capteurs, et les acteurs.

A voilures fixes ou tournantes, pilotés à bord, à distance ou non pilotés, les vecteurs désignent principalement l’ensemble des aéronefs utilisés par les forces aériennes dans l’accomplissement de leurs missions. Ce thème relève de la combinaison de plusieurs thématiques consistant, d’une part, à étudier et développer les principes physiques gouvernant l’évolution des vecteurs aériens dans la troisième dimension et, d’autre part, à comprendre les processus d’acquisition des nouveaux vecteurs aériens, depuis le stade de la conception jusqu’à celui du retrait (cycle de vie).

Les capteurs correspondent à l’ensemble des technologies intégrées permettant de donner du sens à l’environnement dans lequel ils sont déployés (localisation, détection, navigation). Ils permettent aux vecteurs de constituer les principaux nœuds de réseaux de capteurs déployés au sein d’infrastructures de commandement et de conduite des opérations aérospatiales militaires. Ils sont une composante essentielle de la capacité d’intelligence des systèmes de combat aérospatiaux Ce deuxième champ de recherche relève de la combinaison de deux thématiques dont la finalité est d’étendre notre compréhension des modalités d’interaction du vecteur avec son environnement opérationnel, d’une part, et d’étudier comment les réseaux de capteurs, d’information et de connaissances produisent collectivement une intelligence collective dans des environnements décisionnels et opérationnels complexes.

Les acteurs désignent non seulement les aviateurs (dans leur diversité professionnelle et identitaire) mais aussi l’ensemble des individus, équipes, entreprises, organisations et institutions qui, par leurs missions, compétences et capacités, participent de la conception, du développement, du déploiement et de l’usage des systèmes aérospatiaux militaires. Ce troisième champ de recherche vise, d’une part, à élargir la connaissance des processus de construction des capacités individuelles et organisationnelles relatives aux usages et à la production des systèmes de combat aérospatiaux. D’autre part, il s’agit, également d’explorer la dynamique de transformation des identités professionnelles et des normes comportementales et culturelles dans un contexte de transformation des technologies aérospatiales militaires et des environnements conflictuels.

Les axes de recherche transverses :

Les axes reflètent des enjeux actuels et à venir de la transformation des usages militaires des systèmes aérospatiaux choisis pour leur pertinence au regard de l’objectif de préparation du futur de l’Armée de l’air. Ils ont une dimension opérationnelle marquée. Ils alimentent les travaux des centres d’excellence de l’École de l’air (CED & CEC).

 

Conception et usages des nouveaux vecteurs aériens autonomes et/ou pilotés à distance

Les innovations techniques et capacitaires accompagnant le développement des nouveaux concepts de drones soulèvent de nombreux défis scientifiques. Le CREA projette de conduire trois actions de recherche interdisciplinaires susceptibles d’améliorer notre compréhension des défis présents et à venir en matière de développement des aéronefs pilotés à distance.

  • Endurance
  • Discrétion
  • Interface homme-machine

 

 

Commandement et la conduite des opérations en environnement numérisé

 

La numérisation et, plus largement, la généralisation de l’usage des Technologies de l’Information et de la Communication en matière de planification, de commandement et de conduite et d’exécution des opérations aérospatiales appelle un travail de recherche relatif à l’impact du cyberespace sur l’usage de l’arme aérienne.

  • Cyber-résilience des organisations
  • Leadership et changement à l’ère numérique