Les élèves officiers en dernière année de formation doivent réaliser un stage de fin d’études, pour l’obtention de leur diplôme (licence, diplôme d’ingénieur ou master sciences politiques). Ce stage d’une durée de 10 semaines (licence) à 20 semaines (ingénieurs) doit permettre à l’élève de mettre à contribution l’ensemble de ses connaissances et de son savoir-faire. Il constitue la véritable conclusion de sa formation. Immergés au sein d’un organisme d’accueil (entreprise, bureau d’études, centre de recherche …), en France ou à l’étranger, les élèves s’acculturent aux méthodes et au milieu de la recherche scientifique appliquée à l’industrie. Cette mise en situation favorise l’esprit d’initiative et le goût des responsabilités.

Les objectifs du projet sont :

  • mener une étude à caractère scientifique : le projet peut être aussi bien de nature théorique qu’expérimentale, sans obligatoirement être en lien direct avec le domaine de l’aéronautique ou de la défense ;
  • produire un travail d’analyse et de synthèse ;
  • préparer, présenter et défendre à l’écrit comme à l’oral les solutions retenues.

Chaque année, c’est environ 50% d’une promotion sortante qui a l’opportunité d’effectuer ce stage à l’étranger. Les élèves peuvent profiter du réseau de partenariats de l’EA pour trouver un stage, mais ils peuvent également être force de proposition et prospecter par eux-mêmes, dans le pays et l’organisme de leur choix, en cohérence toutefois avec leur formation et leur statut de militaire.

 

TÉMOIGNAGES D’ÉLÈVES

 

« Ce stage est très enrichissant. Il ouvre la voie à la découverte d’une autre culture et d’une autre méthode de travail. » Sous-lieutenant Pierre, stage en aéronautique, cursus licence, Tunisie 2017

« C’est une vraie chance de pouvoir faire son stage aux États-Unis. Le projet était très intéressant, de plus il est d’actualité et nécessitait une bonne réflexion. Cet échange m’a permis également de voyager et de découvrir une culture différente, ce qui n’est pas négligeable, dans un contexte où les missions sont devenues internationales, de comprendre les cultures et l’organisation de ses partenaires. » Sous-lieutenant Gaëlle, stage en facteur humain, cursus licence, USA 2017

« Mon projet était tout à fait dans la continuité de ce qui a été fait à l’EA en cours d’automatique. D’un point de vue linguistique, j’ai travaillé en grande majorité en anglais et un peu en allemand. Après un accueil très chaleureux (à l’aéroport !), mon tuteur a été très présent pendant l’intégralité de mon stage. Me laissant une grande part d’autonomie dans mon travail, il a cependant toujours trouvé le temps de répondre à mes questions, de m’aider sur des points difficiles ou de suivre mon travail pour pouvoir m’orienter si besoin. J’avais été mis en relation avec un élève allemand référent, ce qui m’a permis d’avoir un contact au sein des élèves. J’étais logé parmi eux et cette attention m’a permis de lier facilement contact et de m’intégrer facilement. » Sous-lieutenant Hugues, stage en dynamique du vol, cursus ingénieur, Allemagne 2017

« Expérience très enrichissante tant au niveau professionnel que personnel. Les marocains sont reconnus pour leur accueil chaleureux et leur gentillesse, ce que nous confirmons. Le niveau des études est élevé puisque quasiment tous les élèves sortent avec un diplôme d’ingénieur, néanmoins, la présence de professeurs et docteurs au sein de l’académie a permis de comprendre et de dépasser toutes nos difficultés. Ce stage est une expérience unique, qui permet de côtoyer des militaires étrangers et d’apprendre leur mode de fonctionnement, bien différent du nôtre par certains aspects. De plus, il existe une relation forte entre la France et le Maroc depuis des décennies ce qui explique leur accueil et leur gentillesse pendant toute la durée du projet. C’est une opportunité que nous recommandons fortement pour sa richesse et son caractère formateur. » Sous-lieutenants Kathleen & Florian, stage en télécommunications, cursus licence, Maroc 2016

« J’ai été particulièrement bien accueilli par les élèves officiers et les cadres de l’académie de l’air italienne. J’ai été intégré dans la promotion de dernière année, ce qui m’a permis de m’imprégner de leur rythme et d’avoir beaucoup d’échanges. Je passais la journée à l’université de Naples, à travailler avec mon tuteur sur l’analyse des systèmes de sécurité des aéronefs. Je retrouvais ensuite le soir et les week-ends mes camarades italiens à l’académie. Cette période a été très enrichissante et m’a permis d’appréhender l’organisation de l’armée de l’air italienne. Je suis conscient de l’opportunité qui m’a été offerte et je pense qu’il faut maintenir cet échange très fructueux. » Sous-lieutenant Emilien, cursus ingénieur, Italie 2018